Notes de compréhension – (6)

Mise à jour le 23/06/2010

 

 
(Utilisez la flèche « retour » de votre navigateur pour retrouver votre lecture précédente)


(2b)

– Les liens contenus dans cet article renvoient pour la plupart vers l’encyclopédie Wikipédia et concernent en majorité des cultures ou civilisations essentiellement liées aux peuples d’origine Européenne ou ayant de fortes probabilités d’en être majoritairement issue.
– Wikipédia n’est pas parfaite et a malheureusement plein d’erreurs ou de partis pris (surtout dans certains domaines « sensibles », dont l’Histoire et la politique), soit dus à des idéologues et/ou à des bien-pensants, et/ou des « politiquement corrects » (faisant sûrement parfois parti de Wikipédia…), faisant d’abord passer leurs idéologies et/ou dogmes, avant la véracité historique ou scientifique et la neutralité des faits. Mais cette encyclopédie participative est déjà une bonne manière d’aborder un sujet pour s’en faire une 1re idée et on ne peut lui reprocher qu’en général les articles soient souvent accompagnés de nombreux renvois vers des références (sites ou papiers) pour pouvoir approfondir un sujet si on le désire et/ou en vérifier les informations. Bien que, donc dans certains domaines, ces sources soient elles-mêmes litigieuses. Donc un maître mot, toujours garder à l’esprit son sens critique et sa logique et ne pas tout avaler comme paroles bénites (ceci est aussi, et surtout valable, pour les médias traditionnels, loin d’être neutre). J’allais dire aussi et surtout, si ces paroles sont officielles et/ou institutionnelles… Le politiquement correct étant devenu le maître mots des élites économico-politico-intelectuello-médiatiques aux pouvoirs depuis 40 ans dans nos fausses démocraties.
– (en) > indique que le lien pointe vers un article en Anglais.
– (Wiki en) > Pointe vers un article Wikipedia Anglais, soit parce que la page n’existe pas en Français, soit parce que l’article en Anglais est bien plus riche (malheureusement, le contraire est rarement le cas).


(3) 
Bien entendu, tous ces peuples +/- descendants ou +/- influencés par les peuples Européens, n’ont forcément avec le temps, plus eu grand-chose à voir avec ce que l’on s’imagine des Européens d’origine pour ceux en descendants directement. Différences et changements augmentant graduellement plus ils s’éloignaient de leurs régions d’origine du Nord de l’Eurasie et plus ils se mélangeaient parfois aux populations existantes rencontrées (essentiellement Asiatiques Sémites ou Dravidiennes dans les 1ers temps, plus tard Asiatiques mongoloïdes). Ces peuples rencontrés et d’autres (Sémites/Arabes, Berbères, Dravidiens, Turcs, Mongoles), eux-mêmes +/- peuples métissés à l’origine de leurs apparitions et de leurs futures ethnogenèses et devenus avec le temps des races à part entière. Ces peuples se sont, soit dès l’origine soit entre-temps, +/- métissés au cours des millénaires avec les Indo-Européens d’origines (pas encore « indos ») ayant migré au Sud-Est et à l’Est, tant génétiquement que culturellement. Toutes les zones géographiques entre les 3 races originelles (Europoîde, Mongoloïde et Négroïde) sont et ont été, et ou ont fini, par êtres des zones racialement « grises ».


(4) Parce que, comme il y a eu en philosophie un avant, un pendant et un après Socrate, nommé « pré-socratique », « socratique » et « post-socratique », Socrate étant devenu un « maître étalon », une référence en la matière, car jugé comme acteur majeur de la philosophie occidentale. Donc il y eu un avant les indo-Européens (et actuellement un début d’après), car ils ont eux-mêmes été un apport majeur à l’Europe. C’est sur leur apport culturel, leur langue et leurs déplacements, que ce sont définitivement et jusqu’à maintenant majoritairement, « ethnogenérés » nos principales ethnies (qui ne veut pas dire « races »), cultures et civilisations Européennes (Grec, Celte, Italique, Germanico-Scandinave et Slavo-Scythique) et sûrement d’autres encore (entre autres Hatti et Hittite en Anatolie) et d’autres réellement devenus « indo »-Européennes avec le temps, l’éloignement d’origine et les mélanges, en Asie centrale, Iran et dans une moindre mesure (puisque la plus éloigné) en Inde.

« Pré » étant les Européens de culture et de langue non indo-Européenne (culture Mégalithique d’Europe de l’Ouest par exemple) et « proto » étant les indo-Européens des débuts, des balbutiements de l’ethnogenèse de cette culture et langue, c’est-à-dire les Européens autochtones de la région de l’apparition de cette culture et langue, située du Nord de la Mer Noire à la Sibérie centrale.
D’ailleurs, période de début d’ « après les indo-Européens » que nous vivons actuellement et que l’on pourrait qualifier de période « proto-post-indo-Européenne ». Puisque nous sommes au début de la fin des indo-Européens, conséquence depuis moins de 50 ans de la migration massive non Européenne en Europe. Ceci en tous les cas pour le moment en France et dans de nombreux pays Européens. Et peut-être que le futur « maître étalon » en Europe dans les livres d’histoire s’appellera « africano-asiatico-Européen » ?

Les termes « pré-indo-Européens » et « proto-indo-Européens » ont tout de même un peu la même signification et parlent un peu de la même population (ou plutôt de la même race) et signifient « les anciens Européens d’Eurasie (ou « Europoïdes ») d’avant l’émergence indo-Européenne ». Indo-Européens arrivants avec leur langue, leur culture, leur technique, leurs chevaux (domestiqués et montés ou tirant des chars) et donc leur domination guerrière et sûrement démographique. Même si la majorité de leurs « prises de terrain » ont dû se réaliser de manière pacifique, il y avait bien moins de densité démographique humaine à l’époque. Mais le 1er terme « pré-indo-Européens » concerne plutôt les peuples Européens qui étaient situés de l’Ouest au centre de l’Europe (futurs « dilués » ou plutôt futurs « indo-Européanisés »), tandis que le second terme « proto-indo-Européens » concerne les Européens situés à l’Est, ancêtres de l’ethnogenèse (formation d’un peuple) des futurs indo-Européens, les mêmes qui indo-Européaniseront, à l’échelle continentale, les régions et peuples alentours au Sud et à l’Est. Comprenant déjà pour certaines de ces régions, des implantations de « pré-indo-Européens » et/ou de « proto-indo-Européens », mais sûrement en plus petite proportion. Les plus récents descendants des indo-Européens d’origine, ayant continué de vivre sur les régions originelles de leur ethnogenèse furent les peuples Scythes.

Sachant que les indo-Européens (IE) sont donc un « maître étalon » dans l’histoire Européenne (la référence de base ayant eu le plus d’influence ou d’effets et ayant surtout dans leurs bagages la langue indo-Européenne) et sachant que toutes ces notions sont un peu complexes, voici un petit récapitulatif :

Pré-indo-Européens (de 35 000 à 4/3000 ans av. J.-C.) (pour l’Europe de l’Ouest et Centrale)
Européens restés au Sud de l’Europe et ceux de retour du Moyent-Orient et d’Afrique du Nord à partir de 9000 av. J.-C.. D’avant l’arrivée en force (tout du moins culturel et technique), à partir de 3000/2000 ans av. J.-C., des indo-Européens et sûrement avant cela, mais en plus petit nombre et moins développé culturellement et sans la langue indo-Européenne, de proto-indo-Européens (…ans av. J.-C. ?).

Pré-indo-Européens (de 35 000 à 4/3000 ans av. J.-C.) (Pour l’Europe de l’Est et Asie Nord Occidentale – berceau des indo-Européens)
Avant le début de l’émergence et ethnogenèse des proto-indo-Européens.

Proto-indo-Européens (10/8000 à 5/4000 ans av. J.-C.)(Pour l’Europe de l’Est et Asie Nord Occidentale – berceau des indo-Européens)
Période de transition entre les Pré-indo-Européens et les indo-Européens. Prémices et élaboration de la future émergence démographique, culturelle, technique et linguistique, des futurs indo-Européens.

Pré et Proto-indo-Européens (20000 à 4/3000 ans av. J.-C.) (Pour le Proche-Orient, l’Afrique du Nord et l’Eurasie centrale et de l’Est en général)
Peuples d’Europe de l’Ouest ou Centrale, non indo-Européens ou pré/proto-indo-Européens de l’Est, ayant migré ou transhumé dans ses régions.

– Pour l’Afrique du Nord, c’est un peu plus compliqué (ou différent). L’Afrique du Nord ayant été fortement, pour ne pas dire essentiellement, Europoïde/Cro-Magnoïde (dit Mechtoïdes) jusqu’au environ +/- de -7000 ans av. J.-C. et l’arrivé de peuples d’Afrique noire (subsaharien) créant le métissage qui donnera les Berbères (ceux-ci gardant une forte proportion Européenne tout de même). Pour faire un parallèle avec les indo-Européens, l’on pourrait aussi dénommer les Berbères d’ « Africano-Européens » ou « Négroïdo-Européens » ou « Euro-africains » ou « Euro-Négroïdes ». Mais tout simplement avant cette période l’on pourrait parler d’Européens Pré-Berbère (ce qui pourrait se traduire par pré-Euro-Africains ou pré-Euro-Négroïdes). Les indo-Européens (finaux) n’ayant a priori pas beaucoup mis les pieds dans cette région ou bien plus tard (Peuples de la mer, Grecs, Romains, Vandales, Byzantins).

Définition simple pour tous les peuples pré et proto-indo-Européens : « Peuples de race Européenne, issus et originaires d’Europe/Eurasie du Nord, d’avant l’émergence démographique, culturelle, technique et linguistique, indo-Européenne » (Autrement dit aussi, les Europoïdes ou Cro-magnoïdes).

Les Asianiques regroupent les peuples anciens situés au Moyen-Orient, y compris l’Iran, l’Anatolie et le Caucase, qui ne sont ni de langue Sémitique ni de langue indo-Européenne, mais dite de langues « agglutinantes ». Ce qui ne veut pas dire qu’elle soit issue de la même famille linguistique, voire même le plus souvent reconnue comme isolat linguistique, comme l’Elamite par exemple. Ils étaient répandus au néolithique sur tout le Moyen-Orient et sur une grande partie de l’Europe (migrations méditerranéennes Cardiale et balkano-Danubienne Rubanée). Les Natoufiens seraient peut-être les ancêtres des peuples asianiques. Bien entendu sachant que les 2 seules grandes « ethnies » présentent au Moyen-Orient à ces époques étaient les Sémites et les Européens (pré-indo-Européens et plus tard indo-Européens), on est en droit de penser que les asianiques étaient plutôt d’origine de l’une ou de l’autre « ethnie », mais et/ou peut-être issu d’un mélange +/- des 2 en fonction de leur situation géographique et position dans le temps. Personellement je pense que vue la configuration géographique de ces régions (qui plus est encore plus A priori (comme le furent les langues indo-Européennes) ils étaient divisés en deux branches linguistiques, mais on ignore si les langues étaient apparentées. Ceux du Nord auraient laissé un héritage linguistique entre autres aux langues basque et géorgienne alors que ceux du Sud, parlaient des langues qui ont toutes disparu depuis.

Personnellement je pense que vu la configuration géographique de ces régions à ces époques, bien plus favorables et accessibles aux peuples du nord, donc aux peuples d’origine raciale Européenne. Dû entre autres aux déserts saharien et arabo-syrien, à l’époque bien plus étendus et situés plus au sud. Et vu les témoignages anciens en statuaires et surtout illustrations (fresques, dessins) retrouvées (entre autres sur certains coffres égyptiens très explicitent). J’ai peu de doute sur les origines raciales Européennes des populations dites Asianiques peuplant les régions du « Croissant fertile » et au-delà, jusqu’à la déferlante Sémite du 3e millénaire. Dû entre autres à cette époque, à la domestication du dromadaire et à au rétrécissement, et leur remontée vers le nord, des déserts de cette région. Ce qui permit aux peuples du sud (sémites) de traverser plus facilement ces déserts, attirés par les régions fertiles qui s’y trouvaient.


(5)

Centum > Groupe linguistique IE de l’Ouest et Sud-Ouest.
Satem > Groupe linguistique IE de l’Est et Sud-Est (souvent dénommé « indo-iranien » pour cette dernière direction)
Levant > Zone géographique s’étendant le long de la côte Est de la Méditerranée, du Sud-Est de l’Anatolie au Nord-Est de l’Égypte, comportant les actuels Palestine, Israël et Liban.
Europoïde > Englobe les Cro-magnoïdes et leurs descendants (pré, proto et indo-Européens), représentants de la race Européenne (ou « Peuples originaires d’Europe et d’Eurasie du Nord »). Depuis des milliers d’années, c’est diffusé dans tout l’hémisphère septentrional ainsi qu’en Afrique du Nord et en Asie (surtout occidentale et centrale), voire jusqu’en Amérique selon les découvertes faites ces vingt dernières années.

Publicités

2 réflexions sur « Notes de compréhension – (6) »

  1. Formidable exposé sur l’histoire de l’humanité. J’adhère complète-
    ment et suis en accord avec les propositions et hypothèses évoquées dans cet excellent cours d’histoire.
    Je suis particulièrement sensible de savoir après le résultat de mon ADN (haplogroupe R1a1 M17) que mes ancêtres étaient des guer-
    riers-nomades ayant parcouru les steppes ukrainiennes et celles du
    sud de la Russie il y a 5000 ans.

  2. Je vais t’expliquer les différents peuples, puisque apparemment vous voulez tout ramener a votre civilisation,
    les seuls in do européens a l’heure actuelle sont les iraniens, qui sont a moitié slaves et les roms, alors arrêter de délirer, les turcs sont a moitié finlandais et égyptiens et sont ismaélites tout comme les arabes, qui eux sont à moitié africains et scandinave, tandis que les hindous eux ont le même ancêtre que les africains. voila

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s